La cruauté mélancolique – Jacques Hassoun

La cruauté mélancolique – Jacques Hassoun

La mélancolie, cette « bile noire » que les Anciens considéraient comme constitutive de l’être, occupe une place de choix dans la théorie psychanalytique. Freud la définit comme une destruction, marque d’un deuil impossible qui touche à la structure même du sujet. Elle se signale effectivement comme suspens du désir, emprisonnement dans la mort, ressassement, apathie, cruauté – et jouissance – exercée à l’endroit de l’autre et de soi-même, et va de pair avec une réduction des fonctions du vivant au seul ordre du besoin et de la survie. La souffrance, la passion, la toxicomanie, la violence, le désespoir politique et l’appel à la tyrannie sont autant de manifestations d’une affection dont Jacques Hassoun entreprend ici d’analyser le fonctionnement et les causes à travers la clinique et la littérature.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *