Torturer à l’Antique Supplices, peines et châtiments en Grèce et à Rome [Signets Belles Lettres, tome 20]

Torturer à l’Antique Supplices, peines et châtiments en Grèce et à Rome [Signets Belles Lettres, tome 20]

Amputer, bastonner, décapiter, ébouillanter, lapider, scier: les punitions infligées dans l’Antiquité sont parfois (lugubrement) banales, mais les

Grecs et les Romains ont aussi su faire preuve d’une grande ingéniosité. Phalaris, tyran de Sicile, fait rôtir ses victimes dans un taureau de

bronze qui transforme les hurlements des malheureux en mugissements désespérés; le Romain Védius Pollion se sert de ses esclaves

maladroits comme d’un pâture pour son vivier de murènes. Quant aux coupables d’adultère, punis à l’aide d’un raifort, d’un poisson ou bien

exhibés sur un âne, ils pâtissent de l’imagination des Anciens. Les châtiments divins sont plus extraordinaires encore: Marsyas est écorché vif

par Apollon et Érysichthon, frappé d’une faim insatiable, en est réduit à dévorer ses propres membres.
C’est en une visite guidée de ce petit musée des horreurs que consiste ce livre, à travers plus d’une centaine de textes en traduction, sans

négliger cependant d’explorer, derrière d’effrayantes anecdotes, les ressorts profonds qui expliquent la violence de la répression: en somme,

pourquoi sévir ?

Guillaume Flamerie de Lachapelle est maître de conférences de langue et littératures latines à l’Université de Bordeaux 3. Il est l’auteur d’une

traduction des Sentences du mimographe Publilius Syrus (Paris, 2011) et d’une monographie intitulée Clementia. Recherches sur l’idée de

clémence à Rome, du début du Ier siècle a.C. à la mort d’Auguste (Bordeaux, 2011).



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.