Rébellion et désobéissance- la coopérative intégrale catalane -Emmanuel Daniel

Rébellion et désobéissance- la coopérative intégrale catalane -Emmanuel Daniel

Dans une société où les citoyens sont majoritairement dépolitisés tout en restant dépendants de l’Etat, et où la croissance et la valeur-travail ont une importance majeure dans l’imaginaire social, il est rare de trouver des mouvements à l’impact aussi considérable que celui de la Coopérative intégrale catalane (CIC). Cette organisation résistante, véritable éco-réseau avec sa propre monnaie sociale, ses  » bureaux-squats « , ses 70 salariés et son assemblée générale, est une figure incontournable du paysage libertaire de l’Espagne. Défiant l’Etat par le refus de cotisation pour l’impôt et la retraite, ses membres ne sont pas seulement des militants anarchistes; la CIC accueille de nombreux petits travailleurs – artisans, agriculteurs… – menacés par la misère, victimes du chômage et de la crise des subprimes. Symbole d’insoumission, elle a su se développer selon une organisation non-hiérarchique, qui met en avant la démocratie directe et la solidarité. Portée par la figure hautement médiatique d’Enric Duran, surnommé le  » Robin des banques « , la coopérative d’autogestion fait ici l’objet d’un récit dense, qui en retrace la genèse chaotique et brosse le portrait de ses représentants, aux parcours uniques et audacieux. Ces individus qu’on nomme  » socios auto-ocupados  » sont l’éclatante preuve du pouvoir insoupçonné de l’action directe des citoyens sur la société, et dressent l’étendard d’une utopie libertaire… qui a toutefois ses limites.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *