Quatre-vingt-quinze- La terreur en procès – Loris Chavanette

Quatre-vingt-quinze- La terreur en procès – Loris Chavanette

La chute de Robespierre et la fin de la Terreur font entrer la Révolution dans une nouvelle ère, en rupture avec l’idéologie jacobine. Au fil des

luttes politiques est renouvelé le projet de sortir de la Révolution par le droit, par la porte libérale. Mais comment concilier le respect des libertés

individuelles et le salut public ?

La chute de Robespierre et la fin de la Terreur font entrer la Révolution dans une nouvelle ère, en rupture avec l’idéologie jacobine. Au fil des

luttes politiques est renouvelé le projet de sortir de la Révolution par le droit, par la porte libérale. Mais comment concilier le respect des libertés

individuelles et le salut public ?

Loris Chavanette souligne l’impossible  » rattrapage  » de la Révolution en 1795, au temps de la Convention nationale finissante. Réparations à

l’égard des vaincus de la Terreur, politique de répression visant les  » terroristes  » (procès de Carrier et Fouquier-Tinville), recours à l’armée qui

devient progressivement une force politique à part entière… Cette histoire peu connue de 1795 est aussi un essai sur la justice d’exception, la

violence révolutionnaire et les limites du recours à l’arbitraire par le pouvoir dans les démocraties.

 » Loris Chavanette entraîne son lecteur à la recherche de quelques-unes des causes les plus profondes de l’échec politique de la Révolution. La

politique française a gardé de ces événements lointains quelques traces, et ce voyage dans la France de 1794 et 1795 projette même quelques

lumières sur nos turbulences politiques contemporaines. Les grands livres d’histoire procèdent d’une grande question. Celui-ci en apporte une

fois de plus la preuve.  »

Patrice Gueniffey

Historien et chercheur spécialiste de la Révolution et de l’Empire, Loris Chavanette est docteur en histoire pour une thèse sur la France après la

Terreur. Il est notamment l’auteur de Waterloo. Acteurs, Historiens, Écrivains (Gallimard, 2015).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *