Ports et rivages- André Suarès

Ports et rivages- André Suarès

Toute sa vie, André Suarès a nourri un immense amour pour la mer, ses ports et ses rivages, sa beauté et ses mystères. Ni le demi-siècle qu’il passa à Paris, ni son œuvre abondante vouée aux plus nobles quêtes intellectuelles, esthétiques et spirituelles ne permettent cependant d’en prendre d’emblée conscience. On le sait natif de Marseille, mais auteur d’un hommage aussi tardif qu’ambigu à sa ville natale (Marsiho) ; on lui connaît un voyage breton au début du siècle, à l’origine d’un de ses premiers livres (Le Livre de I’Émeraude), resté toutefois moins célèbre que le Voyage du Condottière – ode à l’Italie et à ses trésors artistiques. La postérité a surtout retenu à vrai dire le portraitiste d’un grand nombre d’écrivains et d’artistes, l’essayiste prolifique courtisé par La Nouvelle Revue française et cent autres revues, le pamphlétaire anti-germaniste, prophète de la tragédie hitlérienne. N’oublions pas trop vite, dans les interstices d’une vie et d’une œuvre animées par la passion de l’art et la recherche de la grandeur, le Provençal épris d’otium marin loin des mesquineries et de l’agitation de la vie littéraire parisienne, le fils adoptif des rivages de Cornouaille, le contemplateur sensuel des beautés méditerranéennes. Suarès s’est défini une fois pour toutes comme « homme de la mer avant tout ». A. de R. Cette riche anthologie, complétée par des notices et des index, a été conçue par Antoine de Rosny, professeur de lettres classiques et membre du comité Suarès. Elle met en lumière une clef de lecture méconnue de l’œuvre d’André Suarès (1868-1948), l’un des pionniers de La NRF, et constitue une merveilleuse invitation au voyage.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *