Michel Ragon – Le journal d’un critique d’art désabusé

Michel Ragon – Le journal d’un critique d’art désabusé

Comment un jeune Vendéen débarqué de Nantes à l été 1945 est-il devenu ce critique d art au flair redoutable qui a su déceler dès le début les peintres devenus désormais incontournables, celui qui a fait connaître le mouvement Cobra (Appel, Constant, Corneille) en France et a suivi avec une amitié fidèle l uvre de Soulages, de Hartung, d Atlan, de Dubuffet jusqu à aujourd hui ?
Michel Ragon dans ce Journal tenu entre 2009 et 2011, à l occasion de rétrospectives et d expositions de peintres devenus désormais des classiques, revient sur ses rencontres, ses amitiés, ses admirations et ses dégoûts. S amusant du non-art, déplorant le « financial art », il évoque une époque où les artistes créaient sans s occuper du marché, revendiquaient une vision de l art allant à l encontre des modes du moment, suivis souvent par des galeristes qui croyaient en eux, en leur génie et quelques critiques pour qui l admiration tenait lieu de pain quotidien.
Arman, Klein, Spoerri, Pollock, Alechinsky, Jorn, Chaissac, Etienne-Martin, Zao Wou-Ki, tant d artistes qui ont marqué leur temps, d autres oubliés comme Nicolas Schöffer ou Georges Mathieu après avoir été célèbres, Michel Ragon leur rend hommage en témoin, acteur et historien de cette seconde moitié du XXe siècle si foisonnant en uvres capitales qui font désormais partie de notre patrimoine culturel.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.