L’homme et les microbes – XVIIe-XXe siècle Pierre Darmon

L’homme et les microbes – XVIIe-XXe siècle Pierre Darmon

En 1674, le micrographe hollandais Leewenhoeck découvre qu’une goutte d’eau de pluie grouille d’animalcules. Ainsi commence, fort modestement, la saga des microbes. Longtemps les micro-organismes resteront des êtres marginaux indignes de l’attention des grands savants, et c’est dans les salons et les cabinets d’amateurs que le microscope trouvera d’abord refuge, bien que les premières théories microbiennes des maladies infectieuses aient été imaginées dès le XVIIe siècle. A partir de 1880, la révolution pasteurienne submerge tout. Enfin démasqués, les germes pathogènes se heurtent à l’arsenal des vaccins et des sérums. L’ancienne hygiène hippocratique, fondée sur les apparences et plus dangereuse que bienfaisante, s’efface derrière la nouvelle hygiène antimicrobienne qui s’attaque enfin aux sources vives de la maladie infectieuse. La purification des eaux potables, des eaux-vannes et de l’air, la lutte contre cette pollution microbienne qui tue les êtres par millions en sont les enjeux. Elles réforment les habitudes, remodèlent le paysage. C’est cette histoire que Pierre Darmon retrace pour la première fois dans sa totalité. A travers le récit des découvertes scientifiques et de toutes les maladies infectieuses, depuis la peste jusqu’aux maladies de la vache folle et du légionnaire, son livre brosse un tableau des hommes de la microbiologie, de la société et de la vie quotidienne.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *