Les origines de la France contemporaine (5 tomes)

Les origines de la France contemporaine (5 tomes)
Les Origines de la France contemporaine est l’œuvre majeure d’Hippolyte Taine (1828-1893). Il l’entreprit au lendemain de la guerre de 1870 et la poursuivit jusqu’à sa mort.
Dans Les Origines de la France contemporaine, son œuvre majeure, entreprise au lendemain de la débâcle de 1870, Hippolyte Taine (1828-1893) s’interroge sur les causes profondes qui ont conduit la France à la défaite. Il a connu quatre régimes politiques : Restauration, monarchie de Juillet, IIe République, second Empire ; un cinquième est en gestation – république ou monarchie – depuis la journée parisienne du 4 septembre 1870. Il a traversé trois révolutions, sans compter d’innombrables journées révolutionnaires, préludes à la Commune. Dans le même temps, le pays a mis en usage quatre Constitutions.
Comment expliquer, par l’étude des révolutions survenues entre 1789 et 1804, l’état d’instabilité politique et d’inquiétude sociale dont souffre la France moderne et dans lequel Taine voit un facteur d’affaiblissement graduel ? Tel est le projet de l’enquête à laquelle il entend se livrer.
Quel est le mal ? D’où vient-il ? Le diagnostic posé – la France est malade –, la recherche des causes du mal conduit Taine à y voir avant tout un problème scientifique. Pour lui, l’histoire est un art, certes, mais d’abord une science. Scientifique, le problème est aussi de nature psychologique : il s’agit de comprendre et de tenter de modifier un état mental propre à la France qui la porte à enfanter des principes abstraits qu’elle s’obstine à vouloir faire entrer de force dans la réalité. À ce niveau, le problème atteint à une dimension politique, celle de l’État.
Par leur richesse, Les Origines de la France contemporaine se prêtent à de multiples approches critiques. À la fois philosophie politique, histoire psychologique, morale sociale, l’ouvrage entraîne aussi, par sa qualité d’écriture, une critique littéraire. L’œuvre de Taine mène enfin à une réflexion actuelle sur la démocratie. Ce n’est pas son moindre mérite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *