Le cerveau du bonheur

Le cerveau du bonheur

Pourquoi avons-nous plus facilement tendance à ruminer une expérience désagréable qu’à profiter d’un moment de bonheur ? Parce que depuis l’âge de pierre, notre cerveau est câblé pour accorder plus d’importance au négatif qu’au positif. Pour survivre et transmettre leurs gènes, nos ancêtres des cavernes devaient être particulièrement attentifs aux dangers. Au fil des millions d’années, le cerveau a développé ce penchant négatif. Ce mode de fonctionnement cérébral explique notre difficulté à être heureux, aggravée par un mode de vie contemporain anxiogène et stressant.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *