L’avenir ?- Michel Wieviorka

L’avenir ?- Michel Wieviorka

La France est inquiète, et les Français seraient incapables de se projeter vers l’avenir. Le  » déclinisme  » frappe des pans entiers de la population : qui n’est pas convaincu de la perte d’influence de notre pays, de son impuissance face à la mondialisation, qui croit vraiment que son inclusion dans l’Europe est la réponse ? Qui ignore que les jeunes générations vivront plus mal que les anciennes ? L’idée de progrès a cédé face à celles de la régression, voire de la décadence. Et faute d’avenir, le passé ne fait guère sens tant priment le présent, l’actualité ou le fonctionnement des médias et d’Internet. L’ouvrage part de tels constats sans s’y réduire, et encore moins s’y résoudre. Un retour sur la notion d’utopie s’impose alors. Celles du passé, qui ont parfois débouché sur de grands drames, sur des catastrophes totalitaires. Mais aussi celles qui s’inventent aujourd’hui, notamment en matière écologique. De même, la recherche scientifique ouvre des formidables perspectives pour l’avenir, à propos par exemple de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, ou au sujet de l’humanité toute entière, de son histoire et de ses transformations. En même temps, il invite à rompre avec toute idée de sens de l’histoire et de lois générales de la vie collective, pour s’intéresser de plus en plus aux ruptures, aux discontinuités, aux singularités. Le sentiment d’une perte de sens, d’une absence d’avenir est souvent décrit en termes de crise. Crise économique. Crise politique. Crise des institutions, de la famille, de l’École, de l’Église, du système de santé et, au-delà, crise de notre modèle d’intégration républicaine, version française de l’universalisme. Crise de l’Europe, comme projet et comme construction, etc. Sortir de la crise, plutôt que de retourner au stade antérieur et à des fonctionnements un moment mis en difficulté, ne doit-il pas relever d’une tension vers l’avenir ? De l’idée d’une mutation et d’une entrée, certes difficile, dans une ère aux contours encore indéfinis, mais permettant de mettre fin au déclin et de retrouver sens et la confiance, alors que règnent la perte de repères et la méfiance ? La prévision et la prospective sont difficiles. Comment penser l’inconnu, prévoir l’imprévisible, ou plus simplement, s’y préparer ? Qu’il s’agisse des institutions, du système politique, de l’Europe, de la démocratie, qu’il s’agisse de retrouver une certaine idée de progrès, d’ébaucher des utopies, de produire des grands récits, nous ne sommes pas pour autant condamnés à l’impuissance ou au pessimisme généralisé. Redonner sens et perspective à l’idée d’avenir : tel est l’enjeu de cet ouvrage. Sous la direction de Michel Wieviorka Sommaire PASSE-PRÉSENT-AVENIR – Étienne Klein, (Physicien, directeur de recherches au CEA) Quel avenir pour nos origines ? – Jean Bauberot (Historien et sociologue, Président d’honneur de l’EPHE) L’histoire, une projection dans l’avenir ? – A Ariel Colonomos (Directeur de recherche au CNRS, CERI, Sciences Po) La politique des oracles – Hervé Le Bras (Directeur d’études à l’EHESS, Chaire  » territoires et populations  » du collège d’études mondiales) Le futur passé : pourquoi les prévisions démographiques ont échoué ? Pourquoi elles échoueront (sans doute) ? – Daniel Innerarity (Directeur de l’Institut de gouvernance démocratique) Après les utopies. Sur la possibilité d’un futur alternatif VIVRE ENSEMBLE QUESTION DE CONFIANCE ? – Yann Algan (Professeur d’économie à Sciences Po Paris) Bonheur et Confiance – Marc Fleurbaey (Professeur à l’université de Princeton, membre du Collège d’Études Mondiales) L’utopie démocratique – Philippe Fremeaux (Éditorialiste au magazine Alternatives Économiques) Le défi de la transition écologique – Monique Castillo (Professeur à l’université Paris Est) Crise de confiance et culture européenne – Joël Roman (Philosophe, membre du comité de rédaction d’Esprit) À quoi, à qui faisons-nous confiance ? – Alberto Toscano (Journaliste et écrivain italien) L’avenir de l’Italie – Michchel Morineau (Président de la Section Prospective  » Bourgogne 2030  » du CESER de Bourgogne) 2030 : Si la Bourgogne m’était  » Comté  » ? CRITIQUES DE LA RAISON TECHNOSCIENTIFIQUE – Jean-Mich el Besnier (Professeur de philosophie à l’Université Paris-Sorbonne, Directeur de l’Équipe de Recherche  » Rationalités contemporaines « ) L’immortalité, pour en finir avec l’avenir. Fantasmes et programmes technoscientifiques – Françoise Thibault (directrice de programme à la FMSH) L’éternelle utopie numérique – Dominique Leglu (Directrice de la rédaction de Sciences et Avenir) Sous le signe des algorithmes ÉTHIQUE, HUMANISME, DROITS DE L’HOMME – Rony Brauman (Directeur d’études à la fondation Médecins Sans Frontières, professeur associé à Sciences Po Paris) L’avenir de l’humanitaire – Véronique Fournier (Médecin des hôpitaux, Centre d’éthique clinique Hôpital Cochin) Le retour du singulier : utopie ou projet d’avenir ? L’expérience d’éthique clinique. – Valentine Zuber (Directeur d’études à l’École pratique des hautes Études) Les droits de l’homme ont-ils un avenir ? GÉOPOLITIQUES DE L’AVENIR – Jean-Pierre Dozon (Anthropologue, directeur d’études à l’EHESS) L’Afrique-monde. C’était hier, ce sera demain – Michel Fouch er (Géographe et diplomate) La France : s’ouvrir au Monde – Franckck Galland (Directeur général d’Environmental Emergency & Security Services, chercheur associé à la Fondation pour la Recherche Stratégique) Les enjeux stratégiques et sécuritaires liés aux ressources en eau – Jean-Vincent Holeindre (Maître de conférences en science politique à l’Université Paris 2) La guerre a-t-elle un avenir ? – Pascal Perrineau (Professeur des Universités à Sciences Po) L’avenir de la politique



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *