La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale – Béatrice Hibou

La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale – Béatrice Hibou

Qui vit, produit ou consomme, qui se détend, se forme, se soigne aujourd’hui, est frappé d’une évidence : l’envahissement de pratiques, de dispositifs ou de procédures bureaucratiques qui n’englobent pas seulement l’administration étatique mais l’ensemble de la société.

.

Nos sociétés modernes sont victimes d’un envahissement croissant de la vie professionnelle et quotidienne par la bureaucratie. Comment qualifier autrement l’exigence toujours croissante de papiers, fussent-ils numériques ? Et que dire de la confrontation incessante avec des procédures formelles pour avoir accès au crédit ou à un réseau in-formatique, pour louer un logement, noter des banques ou bénéficier de la justice ? Ou encore du besoin de respecter des normes pour que les comptes d’une entreprise soient certifiés ou qu’un légume soit qualifié de biologique ?

Au point de rencontre entre Max Weber et Michel Foucault, Béatrice Hibou analyse les dynamiques politiques sous-jacentes à ce processus. La bureaucratie néolibérale ne doit pas être comprise comme un appareil hiérarchisé propre à l’État, mais comme un ensemble de normes, de règles, de procédures et de formalités (issues du monde de l’entreprise) qui englobent l’ensemble de la société. Elle est un vecteur de discipline et de contrôle, et plus encore de production de l’indifférence sociale et politique. En procédant par le truchement des individus, la bureaucratisation ne vient pas  » d’en haut « , elle est un processus beaucoup plus large de  » participation bureaucratique « . Pourtant, des brèches existent, qui en font un enjeu majeur des luttes politiques à venir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *